La construction d’une boite-jardin

Notre première boite-jardin fût un succès. Ce premier projet bâtit au printemps 2010 a pris de l’âge mais a bien servi. 2016 sera peut-être sa dernière année puisqu’elle commence à montrer des signes de fatigue, surtout près des assises pour les bacs.

D’année en année, j’ai augmentée mes surfaces de potager dans ma petite cours arrière. L’an dernier, Alexandre m’a construit une nouvelle boite-jardin et étant donné la popularité du premier article à ce sujet, je vous partage ici-bas des photos détaillants d’avantage sa construction pour ceux qui aimeraient faire de même.

Le plan d’Alexandre

IMG_5712

Nous avons commencé par choisir les bacs à partir desquels Monsieur a prit ses mesures pour la construction de la nouvelle boite-jardin. Des bacs trouvés dans un centre jardin près de la maison.

IMG_5678

Montage de la structure en bois

Avec l’aide précieuse de Monsieur J, Monsieur A a construit la base en visant les 2×4.

IMG_5671IMG_5675

Assemblage des planches

Il a ensuite coupé une série de planches « foraines » d’une même longueur pour le contour de la boite. Nous avons déposé la boite-jardin sur 4 pierres afin que celle-ci ne soit pas directement sur nos dalles de patio.

Traitement du bois

Pour lui donner les meilleures chances de durer un temps raisonnable, nous avons traité le bois. Après tout, cette construction demeure en tout temps à l’extérieur (même l’hiver), sans autre protection et nous y déposons des bacs à jardin que nous arrosons régulièrement plusieurs mois durant l’année.

IMG_5683IMG_5691

Boite-jardin terminée

Ici bas, une photo de la boite-jardin terminée en mai 2015 suivie d’une autre prise au mois d’août en pleine croissance potagère. L’an dernier, nous y avions semé des tomates, fines herbes, haricots grimpants, carottes et épinards. Quoi que les épinards ont été un échec. Pour certains plants, il est particulièrement important de percer des trous dans le fond des bacs pour éviter qu’il y ait trop d’eau (lorsqu’il pleut). Les plants de tomates boivent beaucoup d’eau donc ce ne fût pas un problème, au contraire ça aide pendant les périodes très chaudes ou lorsque vous vous absentez pour quelques jours.

IMG_5694

DSC_0041

Avez-vous un potage en ville? En bacs ou directement en terre? Un mélange des deux? J’aimerais lire vos commentaires et même voir vos photos. Au plaisir!

100 livres de patates dans un panier à linge

Je vois toute sorte de trucs passer sur Internet, et certains d’entre eux me donnent le goût de les essayer. L’année passée, après avoir vu plusieurs fois des articles et images à propos de la possibilité de faire pousser 100 livres de patates dans un simple panier à linge, j’ai décidée de faire l’expérience. Je vous parle de mes résultats ici.

J’adore cultiver mon petit jardin de ville dans ma modeste cours arrière durant l’été. Ma cours arrière est loin d’être grande mais au fils des années, j’ai trouvée plusieurs façons créatives de l’aménager afin d’y faire pousser quelques légumes & fines herbes (et même des framboises depuis 2015). Des essaies et erreurs m’en ont appris beaucoup. Je les fais principalement pousser dans deux bacs à jardin et des pots en plus de quelques espaces directement au sol pour certains rares légumes qui se plaisent dans notre sol argileux.

20150707_100532

Vue en plongée à partir de notre deuxième étage sur notre cours arrière.

Un vieux panier à linge en plastique brisé trainait depuis un bon boute de temps chez-moi et je n’osais simplement pas le jeter. Alors pourquoi ne pas lui donner une deuxième vie à l’extérieur et y faire pousser des patates! C’est ainsi que l’expérience a débutée.

potato_in_basket

Image qui m’a donné l’idée de me lancer dans cette expérience.

 

Telles que les instructions de l’image ci-dessus l’indiquent, j’ai pris de vieilles patates que j’avais à la maison et les aient coupées en morceaux. Je les ensuite plantées dans le panier où j’y ai d’abord versée environ 2″ de terre à jardin.

IMG_5713IMG_5715

Au fur et à mesure que les plants de patates ont poussés, j’ai ajoutée de la terre à jardin et ce jusqu’à environ le mois de septembre. Les plants ont eu l’aire de bien grandir.

20150530_092108

C’est le 25 septembre que j’ai décidée de faire la récolte, donc de vider le panier. J’étais très excitée de déterrer mes 100 lbs de patates cultivées maison, tel que promis! C’est avec déception que j’ai plutôt découvert… 14 onces de patates. Une belle grosse et quatre petites.

DSC_0029

DSC_0053

Tout de même, ce fut une expérience intéressante à faire mais que je ne répéterai pas 2016. Un point positif, je n’ai eu aucune « bébittes à patates » sur mes plants. Il est possible que ce médiocre résultat fût causé par le fait que j’ai pris des patates de l’épicerie au lieu de patates achetées dans un centre jardin. Possible. C’est du moins ce que j’essaierais de différent si je décide un jour de retenter de faire pousser 100 livres de patates dans un panier à linge!

Avez-vous aussi tenter cette expérience chez-vous? Avez-vous eu plus de succès que moi?

Revisiter nos dépenses : c’est payant

Notre établi dans la partie « rangement » au sous-sol, qui déborde de livres pendant nos rénovations il y a quelques années. Nous avons commencés à nous débarrasser de livres après ça… mais on en rentre tout autant!

En automne 2013, des changements dans notre situation familiale m’a apportée à me pencher sur nos dépenses. J’avais tout à coup plus de temps sur les mains et mon côté perfectionniste me poussait à analyser où va notre argent pour trouver des façons d’améliorer comment nous la dépensons. Ou plutôt comment nous pouvions épargner.

Un livre qui m’a grandement inspiré et a significativement changé ma façon de voir comment nous consommons est Money Secrets of the Amish: Finding Abundance in Simplicity by Lorilee Cracker.

Vous avez sûrement déjà entendu, ou sinon réalisé, que la société consomme énormément. Les raisons de dépenser ne semblent avoir aucune fin!

Read more

La fameuse doudoune

IMG_2133

Tous les enfants sont différents. Vous avez surement entendu souvent cette phrase là. Elle est bien vraie. J’ai deux enfants et je peux affirmer sans l’ombre d’une retenue qu’ils sont différents.

Une conversation récente sur Facebook m’a rappelée un petit moment de quand ils étaient bébé: la fameuse doudoune.

J’en avais pas mal entendu parler avant même d’avoir mon premier enfant. Cet objet vénéré par les enfants. Dans le cas de mon fils, il n’en a pas réellement eu une. Mais pour ma fille, ce fût différent.

Read more

Un potager de ville: la sélection des légumes

Depuis plusieurs années, nous entretenons un potager de ville dans notre cours arrière. Notre cours arrière est assez petite, bon je sais que c’est discutable mais disons que ce n’est pas une ferme agricole!

En mai 2010, je publiais un article à propos de la boite-jardin que moi et mon mari avons construite. Depuis 2010, nous continuons année après année à l’utiliser mais en plus, nous utilisons d’autres pots de différentes grandeurs pour y faire pousser d’autres légumes. Entre autre, des tomates. Les tomates semblent très heureuses d’y porter leurs fruits. C’est l’un des légumes qui poussent le mieux.

D’ailleurs à cet effet, voici les légumes que nous avons expérimenté et qui fût un échec, ou du moins pas un succès.

Read more

L’arrivée d’un nouveau membre de la famille : Juliette

Depuis plusieurs années, je résiste à l’adoption d’un petit chien malgré la demande insistante du reste de la famille. Il y a maintenant presqu’un mois, j’ai flanchée et nous avons accueilli parmi nous une petite chienne, un schnauzer nain, que nous avons prénommé Juliette.

Pourquoi Juliette? Lors de la naissance de notre fille, nous avons beaucoup hésité entre Rosalie et Juliette, et j’ai perdu la bataille. J’ai donc gagnée celle-ci et j’ai réussie à avoir une Juliette dans ma vie! (J’adore tout de même le nom de Rosalie!)

Read more

US airways et Philadelphie: une aventure qui se termine en queue de poisson!

Avant même de vous raconter mon voyage en Allemagne, où j’y ai passé 16 jours en mai, j’ai le goût de vous écrire au sujet du retour qui fût, pour le moins cahoteux. En espérant que mon expérience vous servira. À vous d’en prendre avantage, ou non.

Ce n’était pas mon premier voyage en avion, ou même en Europe mais je ne suis quand même pas ce que l’on pourrait qualifié d’un voyageur expérimenté. J’ai fais l’achat quelques deux mois avant mon départ, de mes billets d’avion sur Expedia.ca . J’y suis allé avec les billets le moins cher même s’il n’y avait pas une très grande différence de prix (plus ou moins 200,00$ si ma mémoire est bonne).

J’avais donc un trajet prévu d’Ottawa à Philadelphia, Philadelphie jusqu’à Munich. Le voyage pour m’y rendre s’est bien déroulé.

Il faut dire que l’aéroport d’Ottawa est petit et pas très achalandé (comparé à d’autres aéroports internationaux). En arrivant, tu trouves facilement le comptoir pour la compagnie aérienne, qui à date m’a accueilli au bout de ligne, qui était pratiquement inexistante. 15 minutes tout au plus et j’avais réglé les papiers et je passais à la vérification de bagages et autres trucs d’usages. Moins de 30 minutes plus tard, j’avais passé les douanes et j’attendais tranquillement dans la salle d’attente pour mon vol.

Ayant déjà fait les douanes américaines à mon départ d’Ottawa, pas besoin d’y repasser en arrivant à Philadelphie. Attente pour mon vol vers Munich, long mais sans embûches. Une fois atterri, ça n’a pas pris plus de 10 minutes et j’avais passée les douanes allemandes. J’ai trouvée facilement et rapidement ma valise, et hop! j’étais sorti.

Où ça se gâte, comme le laisse sous-entendre le titre de cet article, c’est lors du retour. Quand tu reviens, tu as une vérification des papiers et l’enregistrement des bagages à l’aéroport de Munich.

D’abord, c’est très mal indiqué comment trouver le comptoir de service de US airways et difficile d’obtenir des indications des employés de l’aéroport. On m’a dit d’aller en bas, mais difficile de trouver le bon ascenseur pour m’y apporter. J’ai dû tourner en rond un bon 20 minutes avec mes valises avant de trouver. Une fois que j’ai trouvée le comptoir, j’ai entendu debout en ligne pendant 1h45 seulement pour faire l’enregistrement de ma valise.

Le vol s’est bien déroulé, même si quelque peu long (presque 9h).

Arrivée à Philadelphie, les files d’attentes pour diverses vérifications (j’ai dû montrer mon passeport un bon 3 fois) ont fait en sorte que j’ai dû attendre, en ligne, pendant un total de 2h45 minutes!

Le plus long, l’attente pour les douanes américaines. Nous devions être au minimum deux 747 a avoir atterri en même temps, soit quelques 500 ou + passagers. La ligne zigzaguait et était d’une longueur interminable. Au bout, seulement 5 douaniers nous y attendaient!

Le plus inutile, devoir reprendre sa valise et ensuite faire la file pour la remettre à des employés qui ne faisaient aucune vérification. Pourquoi ne pas simplement demander aux passagers de déposer les valises dans un coin? (Ou autre!) Il y a certainement des moyens beaucoup plus efficaces.

Finalement, je réussi à me rendre jusqu’à la salle d’attente (et ses environs) pour débuter ma lonnnnnnnnnnnnnnnnnnngue attente pour mon vol vers Ottawa.

J’ai atterrie à Philadelphie à 14h30, heure locale (20h30 heure biologique), et après avoir retardé mon vol 4 fois, à minuit ils ont tout simplement annulé. Retour en file d’attente au comptoir de US airways pour connaitre la suite.

Nous devions être au total pas plus de 15 personnes en ligne (et de ce nombreux, la majorité était en groupe de 2 ou plus, juste moi qui était seule). 9 femmes en arrière du comptoir, 3 qui faisaient quelque chose pour nous aider. Ça a prit 1h avant que je puisse parler avec l’une de ces dames. Et tout ça me faire dire qu’il n’y a aucune place de disponible dans un avion vers Ottawa ou Montréal avant mercredi (nous étions alors le lundi à 1h du matin).

Ce qui signifie que je devais passer 2 jours à Philadelphie, à mes frais. Ils m’offraient un taux préférentiel à l’un des hotel en périphérie de l’aéroport à 89,00$US par nuit. (Vraiment un spécial ça?) Et bien entendu, mes repas n’étaient pas inclus. Ils ont également refusé de payer pour la location d’une auto pour que je puisse compléter le trajet qu’ils échoué d’honorer.

Le vol a apparemment été annulé, selon des messages qu’ils m’ont laissé sur mon cellulaire, d’abord parce que l’avion n’était pas disponible suite au retardement d’un précédent vol. Ensuite parce que l’équipage n’était plus disponible pour effectuer le vol. Ce qui pique ma curiosité est qu’ils savaient forcément bien avant minuit qu’ils ne seraient pas en mesure d’honorer le vol de 20h50 et auraient pu essayer de nous déplacer dans les vols qui partaient plus tôt vers Ottawa et Montréal.

Êtes-vous impressionné par leur superbe service à date?

J’ai donc refusé qu’ils m’enregistrer sur un vol le mercredi, si non j’aurais dû attendre pour ce vol et je n’aurais donc pas pu redemander un remboursement pour cette portion du vol. D’ailleurs, j’ai demandé un remboursement (pour ajouter à l’insulte, on m’a gentiment indiqué que je devais faire la demande dans les 24h). Bah, rien là, j’ai pas encore dormi (il est 8ham mon heure biologique) et je dois conduire jusqu’à Ottawa!

Je devais aussi récupérer ma valise (que j’avais pris un temps de fou à attendre en ligne pour son enregistrement inutile). Par contre, la dame de US airways m’avise que c’est maintenant fermé (génial) et qu’elle croit que ça ouvre à nouveau à 5h00.

Donc, en attendant mon tour en ligne et après une petite vérification rapide avec mon ami google maps, j’ai décidée que j’allais rentrer à la maison avec une auto de location. Selon Google maps, ça me prendrait 8h30. Évidemment, j’étais fatiguée mais j’avais un plan. Trouver l’endroit dans l’aéroport pour la location d’une auto, attendre 5h00 pour récupérer ma valise, sortir de Philadelphie et trouver un endroit où dormir.

Finalement, en parlant avec un autre employé de l’aéroport, j’ai découvert que la récupération des valises n’était pas fermée et 30 minutes plus tard, je l’avais en main. Après quelques peines, j’ai réussie à trouver l’endroit pour la location d’auto (tu dois prendre une navette) et à 2h40 du matin, le lundi, je partais en direction d’Ottawa. Avec un GPS bien entendu! (Sans quoi j’aurais certainement tourné en rond dans le stationnement de l’aéroport.)

Leçons à retenir

  • L’aéroport de Philadelphie est grand et très mal organisé.
  • US airways n’ont rien compris du service à la clientèle. Ne plus embarquer avec eux (jamais!)
  • Les douanes américaines, c’est mieux de les passer au Canada ou bien d’éviter complètement de faire un transfert aux États-Unis pour se rendre vers ma destination finales. Sauvons temps et frustration!

En résumé

Avec du recul, j’ai vécu une aventure. Je n’aurais sûrement jamais choisi délibérément de terminer mon vol de retour en avion à Philadelphie pour me louer une auto afin de revenir à la maison. Donc, une expérience qui m’a permis de voir du paysage. Très jolie d’ailleurs entre Philadelphie et Ottawa. J’ai passée par l’état de New York et je suis arrivée au Canada par les Milles-îles.

J’ai vu les Milles-îles en janvier dernier du haut des airs et j’ai trouvée ça magnifique. Ce l’est encore plus au niveau du sol. Définitivement un endroit où je souhaite retourner visiter prochainement.

Le choix d’une garderie

Après presque 10 ans sans avoir cherché une garderie, je peux vous dire que mon coeur de maman en prends pour son rhume.

J’ai cherchée pour une garderie quand mon fils avait quelques mois, pour mon retour au travail et je l’ai retiré quand il avait 2 ans et demi pour le garder avec moi à la maison, en même temps que je me lançais dans l’aventure de devenir travailleur autonome (ça se fait pas en criant ciseau!). Mon fils aura 9 ans le mois prochain.

Quand il a eu 4 ans, j’ai appris qu’une voisine avait une place de libre dans son service de garde, et il y est resté jusqu’à son entrée à l’école. Même chose pour ma fille quand elle avait 2 ans et demi, sauf que la dame a pris sa retraite l’été dernier. Au grand chagrin de ma fille.

Cette gardienne était une perle rare. Elle allait jouer dehors avec les enfants, bricolage, contes, etc. à tous les jours.En plus des calins et attentions particulières qu’elle portait aux enfants. Je m’en rends compte encore plus aujourd’hui alors que je cherche une bonne garderie.

Mes critères semblent pourtant assez humbles. Milieu sécuritaire, aimant, calme, sorties dehors, bricolage, … Faire quelque chose avec les enfants quoi! Rosalie est un enfant qui aime être gardé occupé. Ainsi, elle est heureuse et calme. C’est le cas de beaucoup d’enfants, du moins, je crois.

Quand tu « magasines » une garderie, elles se ressemblent toutes. Un code semble aisément circuler sur ce que les parents souhaitent lire et entendre. Donc, difficile de s’y retrouver. Nous devons devenir expert à lire le non-verbal, déduire d’après les observations et malheureusement, parfois essayer au détriment de nos enfants. Heureusement, quand les enfants vieillissent, ils s’expriment et il est donc plus facile de savoir s’ils aiment ou non leur garderie et ce qui s’y passe.

Petite anecdote, leur d’une visite, la dame nous disait aller dehors à tous les jours avec les enfants, mais seulement dans sa cours (dû au jeune âge de certains enfants et de la circulation dans le quartier). Par contre, aucune trace de « piétinage » dans la cours enneigée (et même après 2 jours depuis la dernière tombée). C’est un peu de ça que je parle d’avoir un bon sens de l’observation et déduire…

Je privilégie également les questions ouvertes comme décrire la routine plutôt que de demander si elle fait du bricolage avec les enfants. Si je demande, ça signifie forcément que c’est ce que je souhaite pour mon enfant.

Une fois la garderie choisie et commencée, au retour à la maison, des questions du genre « Qu’est-ce que tu as fais à la garderie aujourd’hui » c’est un peu vague pour un enfant. Leur mémoire se développe encore. Par contre, « As-tu été jouer dehors » ou « As-tu fait du bricolage » sont plus révélatrices. Dans le milieu de ces discussions, notre fille se mettait à nous raconter… ce qui s’était passé dans le film à la télé. Bon, je ne suis pas complètement contre la télé. Avec un bon dosage. Mais quand c’est tout ce qu’elle a à nous raconter… c’est autre chose.

Je change donc ma fille vers une 3ième garderie dans sa courte histoire en espérant que ce sera la dernière avant son entrée à l’école. Au moins, celle-ci, Rosalie présente un vif enthousiasme à y aller même si elle n’y a fait qu’une visite de 20-30 minutes. J’espère que c’est bon signe. À suivre…

Et vous? Quels sont trucs pour choisir une bonne garderie?

 

Rétrospective sur 2012… côté blogue

En avril prochain, ce blogue fêtera 7 ans d’existence. C’est la première fois que je prends le temps de faire une rétrospective mais comme pour les couples, la 7e année est peut-être plus importante que les autres!

En 2012, j’ai publiée 15 articles. Pas une année très productive côté de ce blogue mais je garde en tête que j’écris ici pour le plaisir et qu’en plus, j’ai un autre blogue que j’entretiens (côté affaire) et j’en ai parti un nouveau sur le pilotage d’avion en novembre dernier. À vrai dire, je n’ai pas d’excuses! Je continue ce blogue depuis plus de 6 ans et il y a eu à l’occasion des moments plus creux, mais j’y suis toujours revenu quand j’avais envie d’y écrire sur un sujet en particulier. En étant une passionnée, la vie se remplie vite!

Au fils des années, je vois que j’ai développée un public plutôt ciblé pour certains articles. Vous êtes beaucoup à lire mes articles, mais indépendamment d’après ce que j’en déduis avec les statistiques. Vous faites des recherches par mots-clé sur Google et celui-ci vous apporte sur mon blogue, à un article précis.

En 2012, vous avez été 5 998 visiteurs uniques à venir me lire. MERCI! J’écris pour moi mais ça me fait quand même plaisir de voir que vous êtes plusieurs à prendre le temps de me lire et pour certains articles, à y retrouver de l’information utile. Mon souhait pour 2013 serait de lire vos commentaires, sur mon blogue, plus souvent. 🙂

Les articles les plus lus

Voici les articles que vous avez le plus lu au courant de l’année 2012.

10. Cuisiner des gaufrres maison: recette + trucs.

9. Cours de yoga parent-enfant.

8. Comparaison du prix d’un pain maison.

7. Un échantillon du paradis: Club Med Turquoise.

6. Les essentiels pour nouveau-né selon Nathalie.

5. Boite jardin en ville.

4. Une solution de rangement pour les blocs Lego.

3. Cours de cuisine parent-enfant.

2. Tarte au vinaigre.

1. Cours de cuisine: fumage des viandes et poisson.

 

Comme à chaque début d’année, j’ai le souhait d’écrire d’avantage. L’inspiration n’est pas toujours bien coordonner avec ma disponibilité en temps. Faudrait inventer une machine pour ça… Quelqu’un dans la salle?! L’intention est là et je suis motivée à continuer avec ce blogue. Alors, c’est déjà un bon point.

Au plaisir de lire vos commentaires!

 

Un souper dégustation à la mode Choix du Président

Après les dégustations vins et fromage, bières et quelques chose, pourquoi pas y aller avec une thématique produits Choix du président?

Lors d’un samedi il y a pas si long, nous avons invité à la maison un couple d’amis pour le plaisir de déguster en groupe quelques-uns des produits Choix du président. Un souper avec une thématique, en plus, quelque peu Noël.

Ça faisait un bon moment que je ne m’étais pas donné la peine de cuisiner un nouveau plat, de suivre une nouvelle recette et de monter la table à proprement dit. C’est plaisant et ça fait changement des études!

Nous avons découvert des produits qui font définitivement maintenant partie de la liste à acheter de nouveau.

À l’unanimité, le meilleure fût la sauce pour rôti de boeuf. Franchement un compétiteur de taille contre mon boeuf bourgignon au croc-pot (pour ceux qui y ont déjà goûté).

Voici d’ailleurs quelques photos du rôti de boeuf avec sauce Choix du Président.

Avant de commence…

 

Les rôties de boeuf dans la marmitte, avec le mélange de bouillon de poulet, oignons, ails et la sauce Choix du Président, prêt à aller au four.

Et le résultat! Accompagné de patates pilliées, brocoli et choux de bruxelles.

Une belle surprise fût le cocktail de pommes épicées. Je m’attendais à ce que ce soit très épicé avec de la cannelle, que le goût soit très fort, mais c’était juste parfait. J’avais l’impression de boire une bonne tarte aux pommes! Plus pratique comme dessert à emporter sur le pouce. 😉 D’ailleurs, ça serait pas une mauvaise idée de produire ce cocktail en format petite boite, comme les boites de jus.

Côté dessert, plusieurs choix ont été populaires. Sont que que nous avons le plus aimé sont le chocolat caramel et sel de mer, bouchées de menthe poivrées, et le maïs soufflé au caramel.

Personnellement les bouchées de menthe poivrées c’est moins dans mes goûts. Mais si vous aimez le chocolat et les cannes de bonbons, vous adorerez! 2 des personnes les adoraient, donc ces chocolats n’ont pas fait long feux sur la table!

Bouchées de menthe poivrées.

Le maïs soufflé au caramel a dû être surveillé de près pour que nous puissions tous y goûter puisque les enfants les avaient adoptez et leurs petites mains étaient sans cesse dans le bol. J’aurais pu en servir le triple en quantité et tout serait parti!

Pour le plaisir, j’avais remis des feuilles commentaires aux invités. Voici quelques-uns des commentaires qu’ils ont laissés.

Cocktail aux pommes épicées (note de 5/5)
Même ma fille de 5 ans a adoré.
J’avais peur que la cannelle soit trop présente, mais c’est très bien balancé.
Ça vient me chercher des choses de mon enfance berçé dans l’amour.

Sauce pour rôti de boeuf (note de 5/5)
Ç’a senti super bon dans la maison tout l’après-midi. Le goût est à la hauteur de l’odeur!
L’odeur tétille les sens olfactifs. Le goût explose en bouche. Le sucre glisse dans une glissade vers l’estomac.

Maïs soufflé au caramel – enrobé de chocolat au lait (note de 5/5)
Officiellement trop bon!
La surprise de la soirée. L’enrobage est osé. Le malheur est que la visite du dentiste sera plus fréquente.

Maïs soufflé au caramel – enrobé de chocolat au lait.

 

(Vous aurez deviné qu’un des invités avait l’imagination plus fertile pour les commentaires.) 😉

En résumé

Nous avons beaucoup aimé notre soirée dégustation et je pense déjà à la prochaine dégustation thématique que je pourrais organiser. 🙂

Aimez-vous les soupers thématiques? Vous en avez déjà organisé chez-vous? Quelle était la thématique?