Et le temps passe par Alexandre Lemieux

Samedi dernier, nous occupions notre fin de semaine avec une visite dans le coin de Montréal pour, principalement, le lancement du numéro 31 de la revue Brin d’éternité.

Les beaux-parents, habitant en banlieue de Montréal, ce sont occupés généreusement des enfants durant le samedi soir, au grand bonheur des enfants. Avec les hauts et les bas, je suis heureuse pour mes enfants qu’ils aient une relation aussi privilégié avec leurs grands-parents. Nous avons parfois des ajustements à faire mais généralement, nous sommes très choyé. Nous avons l’esprit pleinement tranquille lorsque nous voulons faire une activité de couple. Les enfants seront très heureux pendant notre absence.

Tellement qu’il y a quelques semaines, ma fille de 3 ans m’a demandée de repartir en voyage en avion parce qu’elle voulait que grand-maman revienne la garder. Elle aime juste trop jouer aux petits bonhommes avec grand-maman. :-)

Bon, revenons au sujet principale de cet article. Alexandre a été publié une nouvelle fois dans la revue Brin d’éternité! C’est la 9ième nouvelle publiée, d’autres dans Solaris et Zinc. Je suis très fière de lui. J’ai vu tout le chemin et les progrès qu’il a fait depuis environ 10 ans en tant qu’auteur.  C’est un chemin qui demande beaucoup de travail et franchement, si vous faites ça en pensant devenir riche, vous faites fausse route. Malgré le temps qui passe et qui est toujours une denrée rare, Alexandre réussi à trouver une temps pour écrire. Il devenu un maitre de l’efficacité! (D’ailleurs il donne des ateliers sur le sujet. Des intéressés?)

Vous me croirez peut-être pas, mais j’aime franchement ce qu’il écrit, et je ne dis pas ça juste parce que c’est mon mari. ;-) D’ailleurs, sa dernière nouvelle publiée Et le temps passe est ma préférée – à date.

Donc, samedi soir nous étions présents au Saint-Bock à Montréal pour un 5 à 7 question de souligner cette 31ième édition de la revue. Plusieurs étaient présents (ça aide que ce soit un samedi au lieu d’un jour de semaine).

J’imagine que la nouvelle Et le temps passe sera éventuellement publiée sur le web comme celles précédentes. Mais si vous ne voulez pas attendre ou que vous souhaitez encourager un auteur et une revue dans lesquels plusieurs gens y mettent du cœur et de la sueur, vous pouvez m’envoyer un courriel et je m’assurerai que vous receviez une copie autographiée. (7,50$ + les frais de livraison si vous êtes en dehors de l’Outaouais.)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *