Archive for Enfants

La fameuse doudoune

IMG_2133

Tous les enfants sont différents. Vous avez surement entendu souvent cette phrase là. Elle est bien vraie. J’ai deux enfants et je peux affirmer sans l’ombre d’une retenue qu’ils sont différents.

Une conversation récente sur Facebook m’a rappelée un petit moment de quand ils étaient bébé: la fameuse doudoune.

J’en avais pas mal entendu parler avant même d’avoir mon premier enfant. Cet objet vénéré par les enfants. Dans le cas de mon fils, il n’en a pas réellement eu une. Mais pour ma fille, ce fût différent.

Ma fille était un bébé exemplaire, du moins jusqu’à environ 14 mois, où sa… personnalité est ressortie. ;-) Rosalie aimait beaucoup être dans mes bras. Quand venait le temps qu’elle dorme dans son lit, la doudoune est devenu un outil formidable pour la rassurer. Cette doudoune s’est trouvée être l’une de mes robes de nuit. Plus exactement deux de mes robes de nuit mais elle a fortement préférée l’une d’entre elle. D’ailleurs, je n’ai jamais rien compris dans ça. Les deux étaient du même modèle, mêmes images dessus, sauf que l’une était bleu et l’autre jaune. D’ailleurs, elle persiste pour dire qu’elle est rose, et elle connait très bien ses couleurs…

Cette doudoune qui a l’origine portait mon odeur, s’est avérée être une merveilleuse solution pour calmer ma fille et lui permettre de bien dormir. Au fils des lavages, je suis certaine que la doudoune ne porte plus mon odeur! mais elle demeure sa préférée. Je me rappelle qu’elle était simple comme tout à faire dormir. Je la couchait dans son lit avec sa suce, ma robe de nuit collée contre elle, un bisou sur la joue et pouf! elle dormait. J’ai entendu souvent l’étonnement quant à cette facilité à la faire dormir. Ayant un plus vieux qui nous a tenu réveillé longtemps et étourdi à répéter « va faire dodo », nous étions aux anges!

J’avais lu ce truc quelque part… me rappelle plus très bien où. Ça fait quand même quelque chose comme 10 ans! (Oh que ça ne me rajeunit pas…) Et maintenant, peut-être que ce sera à toi que ce truc bénéficiera.

Quant à moi, l’heure du dodo à la maison est devenu presque exemplaire. Mais ils ont maintenant 10 et 5 ans. Le temps d’aller au lit se passe beaucoup plus dans le calme et ils dorment toute leur nuit sans se réveiller. (Garde courage, ça arrivera chez-toi aussi!) Eh bien, à quelques exceptions près. Parfois j’ai une petite souris qui se faufile jusque dans mon lit. Je profite de ces petits moments avant qu’ils ne soient, eux aussi, que des souvenirs…

Un potager de ville: la sélection des légumes

Depuis plusieurs années, nous entretenons un potager de ville dans notre cours arrière. Notre cours arrière est assez petite, bon je sais que c’est discutable mais disons que ce n’est pas une ferme agricole!

En mai 2010, je publiais un article à propos de la boite-jardin que moi et mon mari avons construite. Depuis 2010, nous continuons année après année à l’utiliser mais en plus, nous utilisons d’autres pots de différentes grandeurs pour y faire pousser d’autres légumes. Entre autre, des tomates. Les tomates semblent très heureuses d’y porter leurs fruits. C’est l’un des légumes qui poussent le mieux.

D’ailleurs à cet effet, voici les légumes que nous avons expérimenté et qui fût un échec, ou du moins pas un succès.

Laitue

La laitue pousse sans trop de problème. Par contre, je trouve qu’elle demande un soin plus particulier quant au goût. Elle a tendance à avoir un goût amer. La laitue demande aussi beaucoup plus d’eau, donc dès que vous vous absentez ça devient un problème.

En plus, chez-nous, elle attire les perces-oreilles. Assez désagréable de récolter de la laitue, la rentrée dans la maison pour découvrir un je-ne-sais-quoi dans sa salade…

Particulièrement en saison, le prix de la laitue est très bas et une salade de tomates est aussi délicieuse. J’ai donc cessé de la cultiver.

Haricots verts

Je ne sais pas si c’est à cause de la qualité de ma terre, de l’engrais mit ou pas mit, ou de la profondeur de mes bacs, mais ça me produit que très peu. Nous ne réussissons pas à produire plus qu’un poignée d’haricots. La seule année que nous les avons planter au sol, avant la construction de notre boite-jardin, nous les avions mis près de la clôture et n’avons rien récolté.

 

À l’inverse, ceux-ci ont très bien prospéré!

Fines herbes

Ça m’a prit quelques années pour comprendre comment bien cultiver des fines herbes. Ce que j’en ai appris est que les fines herbes doivent être cultivé serrées. Dans mes premiers essaies, je leur laissais trop de place dans le pot et elles ne poussaient pas beaucoup et avaient tendance à sécher. Je préfère aussi les cultiver dans des pots séparés. Mais c’est plus par question qu’une sorte de fines herbes semble souvent vouloir prendre le dessus et envahir au détriment de l’autre variété. Par contre, je sème une autre plante et ça semble bien aller.

Piments forts

Les piments forts, par exemple jalepenos ou pepper bells, poussent à merveilles. À plusieurs reprises, les plants ont très bien grandis dans la boite-jardin et nous avons eu une récolte abondance. C’est jolie à voir en plus! Seul petit problème: nous ne sommes pas de très grands amateurs de nourriture épicé, alors nous manquons un peu d’idée quant à son utilisation.

Tomates

Les plants de tomates sont une grande réussite année après année. Nous les cultivons depuis plusieurs années avec succès. Dépendant de l’espace disponible dans la boite-jardin, nous les plantons également dans de gros pots que nous disposons dans la cours. C’est préférable puisque les plants deviennent assez hauts.

Je n’ai cultivé que les plants de tomates cerises et raisins. J’adore cette variété. Nous les mangeons en salade, quand nous réussissons à ne pas les manger avant! Mon fils adore les petites tomates et souvent en passant à côté d’un des plants, s’en ramasse une! ;-) Je trouve ça très bien. Nous avons travaillé longtemps à lui faire aimer des légumes. À trouver les sortes qu’il aime. Des légumes c’est jamais de trop!

 

Quoi qu’il en soit, j’ai démarrée vendredi dernier mes semis à l’intérieur. Vendredi le 14 février. Je me suis dis qu’ainsi je n’aurais pas trop de difficulté à me rappeler de la date de semence!

Je crois que ce n’est que la deuxième fois que je tente cette expérience. Avec Miss Rosalie à la maison, c’est une belle expérience éducative. C’est agréable de voir tes ces pousses grandir en plus d’être plus économique.

En plus des semis pour le potager, nous tentons de faire pousser nos fleurs annuelles. C’est ma fille qui s’est chargée de la sélection des fleurs. Il y a du mauve: j’aime!

Ça a prit seulement environ 48 heures pour voir les premiers tiges sortir de terre, avec les cresson! La nature est tout à fait fantastique.

J’essaie en plus de faire pousser des fines herbes que je ne trouve pas ici afin de tenter de cuisiner un plat allemand: Frankfurter Grüne Sosse (Sauce verte de Frankfort). Une sauce à base de beaucoup de chou, des fines et du bouillon de poulet.

Je planifie également un projet plus gros de potager. Je vous partagerai ce projet plus tard.

Et vous? Faites-vous votre potager à la maison? Quels sont les variétés de légumes qui fonctionnent le mieux? Des trucs?

Le choix d’une garderie

Après presque 10 ans sans avoir cherché une garderie, je peux vous dire que mon coeur de maman en prends pour son rhume.

J’ai cherchée pour une garderie quand mon fils avait quelques mois, pour mon retour au travail et je l’ai retiré quand il avait 2 ans et demi pour le garder avec moi à la maison, en même temps que je me lançais dans l’aventure de devenir travailleur autonome (ça se fait pas en criant ciseau!). Mon fils aura 9 ans le mois prochain.

Quand il a eu 4 ans, j’ai appris qu’une voisine avait une place de libre dans son service de garde, et il y est resté jusqu’à son entrée à l’école. Même chose pour ma fille quand elle avait 2 ans et demi, sauf que la dame a pris sa retraite l’été dernier. Au grand chagrin de ma fille.

Cette gardienne était une perle rare. Elle allait jouer dehors avec les enfants, bricolage, contes, etc. à tous les jours.En plus des calins et attentions particulières qu’elle portait aux enfants. Je m’en rends compte encore plus aujourd’hui alors que je cherche une bonne garderie.

Mes critères semblent pourtant assez humbles. Milieu sécuritaire, aimant, calme, sorties dehors, bricolage, … Faire quelque chose avec les enfants quoi! Rosalie est un enfant qui aime être gardé occupé. Ainsi, elle est heureuse et calme. C’est le cas de beaucoup d’enfants, du moins, je crois.

Quand tu « magasines » une garderie, elles se ressemblent toutes. Un code semble aisément circuler sur ce que les parents souhaitent lire et entendre. Donc, difficile de s’y retrouver. Nous devons devenir expert à lire le non-verbal, déduire d’après les observations et malheureusement, parfois essayer au détriment de nos enfants. Heureusement, quand les enfants vieillissent, ils s’expriment et il est donc plus facile de savoir s’ils aiment ou non leur garderie et ce qui s’y passe.

Petite anecdote, leur d’une visite, la dame nous disait aller dehors à tous les jours avec les enfants, mais seulement dans sa cours (dû au jeune âge de certains enfants et de la circulation dans le quartier). Par contre, aucune trace de « piétinage » dans la cours enneigée (et même après 2 jours depuis la dernière tombée). C’est un peu de ça que je parle d’avoir un bon sens de l’observation et déduire…

Je privilégie également les questions ouvertes comme décrire la routine plutôt que de demander si elle fait du bricolage avec les enfants. Si je demande, ça signifie forcément que c’est ce que je souhaite pour mon enfant.

Une fois la garderie choisie et commencée, au retour à la maison, des questions du genre « Qu’est-ce que tu as fais à la garderie aujourd’hui » c’est un peu vague pour un enfant. Leur mémoire se développe encore. Par contre, « As-tu été jouer dehors » ou « As-tu fait du bricolage » sont plus révélatrices. Dans le milieu de ces discussions, notre fille se mettait à nous raconter… ce qui s’était passé dans le film à la télé. Bon, je ne suis pas complètement contre la télé. Avec un bon dosage. Mais quand c’est tout ce qu’elle a à nous raconter… c’est autre chose.

Je change donc ma fille vers une 3ième garderie dans sa courte histoire en espérant que ce sera la dernière avant son entrée à l’école. Au moins, celle-ci, Rosalie présente un vif enthousiasme à y aller même si elle n’y a fait qu’une visite de 20-30 minutes. J’espère que c’est bon signe. À suivre…

Et vous? Quels sont trucs pour choisir une bonne garderie?

 

Un souper dégustation à la mode Choix du Président

Après les dégustations vins et fromage, bières et quelques chose, pourquoi pas y aller avec une thématique produits Choix du président?

Lors d’un samedi il y a pas si long, nous avons invité à la maison un couple d’amis pour le plaisir de déguster en groupe quelques-uns des produits Choix du président. Un souper avec une thématique, en plus, quelque peu Noël.

Ça faisait un bon moment que je ne m’étais pas donné la peine de cuisiner un nouveau plat, de suivre une nouvelle recette et de monter la table à proprement dit. C’est plaisant et ça fait changement des études!

Nous avons découvert des produits qui font définitivement maintenant partie de la liste à acheter de nouveau.

À l’unanimité, le meilleure fût la sauce pour rôti de boeuf. Franchement un compétiteur de taille contre mon boeuf bourgignon au croc-pot (pour ceux qui y ont déjà goûté).

Voici d’ailleurs quelques photos du rôti de boeuf avec sauce Choix du Président.

Avant de commence…

 

Les rôties de boeuf dans la marmitte, avec le mélange de bouillon de poulet, oignons, ails et la sauce Choix du Président, prêt à aller au four.

Et le résultat! Accompagné de patates pilliées, brocoli et choux de bruxelles.

Une belle surprise fût le cocktail de pommes épicées. Je m’attendais à ce que ce soit très épicé avec de la cannelle, que le goût soit très fort, mais c’était juste parfait. J’avais l’impression de boire une bonne tarte aux pommes! Plus pratique comme dessert à emporter sur le pouce. ;-) D’ailleurs, ça serait pas une mauvaise idée de produire ce cocktail en format petite boite, comme les boites de jus.

Côté dessert, plusieurs choix ont été populaires. Sont que que nous avons le plus aimé sont le chocolat caramel et sel de mer, bouchées de menthe poivrées, et le maïs soufflé au caramel.

Personnellement les bouchées de menthe poivrées c’est moins dans mes goûts. Mais si vous aimez le chocolat et les cannes de bonbons, vous adorerez! 2 des personnes les adoraient, donc ces chocolats n’ont pas fait long feux sur la table!

Bouchées de menthe poivrées.

Le maïs soufflé au caramel a dû être surveillé de près pour que nous puissions tous y goûter puisque les enfants les avaient adoptez et leurs petites mains étaient sans cesse dans le bol. J’aurais pu en servir le triple en quantité et tout serait parti!

Pour le plaisir, j’avais remis des feuilles commentaires aux invités. Voici quelques-uns des commentaires qu’ils ont laissés.

Cocktail aux pommes épicées (note de 5/5)
Même ma fille de 5 ans a adoré.
J’avais peur que la cannelle soit trop présente, mais c’est très bien balancé.
Ça vient me chercher des choses de mon enfance berçé dans l’amour.

Sauce pour rôti de boeuf (note de 5/5)
Ç’a senti super bon dans la maison tout l’après-midi. Le goût est à la hauteur de l’odeur!
L’odeur tétille les sens olfactifs. Le goût explose en bouche. Le sucre glisse dans une glissade vers l’estomac.

Maïs soufflé au caramel – enrobé de chocolat au lait (note de 5/5)
Officiellement trop bon!
La surprise de la soirée. L’enrobage est osé. Le malheur est que la visite du dentiste sera plus fréquente.

Maïs soufflé au caramel – enrobé de chocolat au lait.

 

(Vous aurez deviné qu’un des invités avait l’imagination plus fertile pour les commentaires.) ;-)

En résumé

Nous avons beaucoup aimé notre soirée dégustation et je pense déjà à la prochaine dégustation thématique que je pourrais organiser. :-)

Aimez-vous les soupers thématiques? Vous en avez déjà organisé chez-vous? Quelle était la thématique?

Truc pour se départir des jouets en trop

Vous êtes parent? Vous serez sûrement d’accord avec moi pour dire que le trop plein dans la maison, ça s’accumule toujours trop vite et c’est une lutte sans fin. Du moins, ce l’est pour nous et principalement avec l’entrée et la sortie des jouets pour les enfants.

La fin de semaine dernière, j’ai proposée de faire un petit jeu avec les enfants question de se débarrasser d’une partie de leurs jeux de société / jeux de table. Et à mon grand bonheur, ils étaient tout content de participer! Je vous partage ici en détails ce que j’ai fais au cas où ça vous serait utile.

Mise en place

1. Choisissez préférablement un type de jouet qui est présent en grande quantité. Par exemple, des jeux de société, des toutous, des figurines, des livres, des balles, etc.

2. Déterminez la quantité que vous souhaitez sortir de la maison. Par exemple, le 1/4 ou doit rentrer dans un bac pré-déterminé (idéalement que les enfants peuvent voir au moment-même).

3. Étendez tous les jouets sur le sol (ou une surface assez grande pour tous les avoir en vue).

4. N’y touchez plus* et invitez vos enfants à participer au jeu!

* Y toucher ça « anime » le jeu et ça peut donner le goût à votre enfant de jouer avec et donc, de ne pas s’en départir.

Règles du jeu

1. À tour de rôle, chacun choisira un jeu. (Dans l’exercice que nous avons pratiqué à la maison, je voulais sortir le 1/3 des jeux.) Rosalie et Jérémie choisissait un jeu qu’ils souhaitaient vraiment garder, et moi je choisissais un jeu qui allait sortir.

2. Sur l’une des causeuses, les enfants y mettaient dessus les jeux à garder, et moi sur l’autre causeuse, les jeux qui allaient sortir.

3. Tous les jeux sélectionnés, donc sur une causeuse, ne peuvent être déplacés à nouveau. Une fois son tour de sélection terminé, pas de retour en arrière. Pas d’échange permis plus tard dans la partie.

4. Une fois la partie terminée, bien mettre dans un sac vert (non-transparent) les jeux à être sorti de la maison. S’ils sont encore en bon état et pourrait amuser d’autres enfants, vous pouvez les vendre/donner. L’important c’est de s’assurer que les enfants ne les verront pas à nouveau plus tard. Jouet oublié = nouveau jouet = intéressant! (Pour un temps limité…)

Avant de démarrer la partie de sélection de jeux, j’ai bien expliquée aux enfants ce que nous allions faire et ce qui arriverait avec les jeux que j’allais choisir. Je les ai aussi encouragée à choisir les jeux avec lesquels ils avaient vraiment du plaisir (j’avais déjà une bonne idée avant de commencer de ceux qui devraient rester), et ce presqu’à tous les tours. Je leur rappelais qu’à chaque tour, je pouvais choisir un jeu dont ils aimeraient garder.

L’idée étant qu’ils « sauvent » tout d’abord leurs jeux préférés. Prendre conscience des jeux avec lesquels ils aiment vraiment jouer.

Évidemment, je jouais de bonne foi, et je choisissais volontairement des jeux que je savais qu’ils n’aimaient plus ou étant brisé (manquant des morceaux). ;-)

Je ne fais pas assez souvent cet exercice mais à tout coup c’est un succès. Un autre sac vert en-dehors de la maison! En bonus, ils ont suffisamment d’espace dans l’armoire à jeux de société pour facilement les ranger à leur place une fois terminé le jeu.

Et vous? Avez-vous des trucs pour vous départir de surplus de jeux de vos enfants?

En ce mercredi sexe… Parlons sexe!

Photo prise sur Flickr par serakatie .

Il semblerait que la nouvelle tendance sur Twitter soit de dévoiler des confidences à saveur sexuelle le mercredi. Alors voici donc la mienne, en plus de 140 caractères.

Après plus de 10 ans de vie commune, moi et mon mari avons ajoutés un peu de piquant à notre vie sexuelle. J’imagine que ça en choquera plus d’un que je l’avoue ouvertement sur mon blogue, sans me cacher sous un pseudonyme « anonyme » mais voici… Nous pratiquons depuis quelques années les orgies et l’échangisme.

Bon ça y est? Vous vous êtes remis à respirer normalement? Je vais vous donner la descriptions du mot orgie et échangisme quand tu as deux enfants.

Orgie
Dormir à plus de deux personnes dans le même lit. Nous dormons à l’occasion avec notre fille ou notre fils, dans notre lit et parfois même les deux en même temps.

Échangisme
Parfois par soucis d’avoir plus de confort dans le lit, mon mari ou moi, choisissons d’aller dormir dans le lit de l’enfant en échange, ou l’un des deux. Donc, nos échangeons nos places dans nos lits respectifs pour permettre, par exemple, à Jérémie de faire dodo avec maman (c’est moi ça!) ou à Rosalie de faire dodo avec papa (c’est mon mari ça!). Ou vis-versa.

Comme vous pouvez le constater, c’est beaucoup moins sexe que le début de cet article laissait croire. Non? Mais je suis persuadée que c’est la réalité de plusieurs d’entre vous chers parents.

Pour ce qui est notre vie sexuelle réelle, je vais garder encore un peu de mystère… ;-)

Un spectacle de dragons impressionnant!

Jeudi dernier, j’ai fais un voyage à Montréal, un peu improvisé à la dernière minute, pour aller voir Dragons de Dreamworks au Centre Bell. J’ai invité mon fils, ma soeur et mon filleul qui étaient tous bien contents de m’accompagner. :-)

N’ayant seulement vu l’affiche et sachant que c’était un spectacle, je suis arrivée sans aucune attente.

La salle était pleine d’enfants et de grands! En résumé: wow! Un beau spectacle impressionnant à aller voir avec les enfants, ou même entre adultes.

Le spectacle est une adaptation du film How to train your dragon. Mais vraiment, c’est plus qu’un spectacle. La scène est simpliste: un plancher et un mur avec quelques ouvertures. Mais tout le décor s’ajoute avec des projections animées qui sont défilées de différentes façons tantôt sur le plancher, tantôt sur le mur, ou les deux.

Les projections sont animés parfois à la façon d’un film et parfois à la façon d’animation qui réagit au jeu des acteurs. La synchronicité des acteurs avec les projections est géniale!

Par exemple, à un moment donné, l’acteur principale se met à courir (sur le plancher) et poursuit sa course sur le mur (accroché par un système de poulies). Sa course se poursuit horizontalement et verticalement sur le mur tandis que les images défilent. Tout bien synchronisé avec les différents chemins, montagnes, échelles et autres que tous bons vikings rencontrera lors d’une quête! ;-)

J’ai vu et aimé le film. L’histoire reprise par le spectacle, bien que plus brève évidemment, demeure intéressante.

Quant au dragons, ils sont d’un réalisme assez incroyables. Les enfants avaient les yeux bien ronds! Certains sont petits, moyens et d’autres carrément très gros. Les projections sont aussi utilisées à l’occasion avec le mur pour créer un effet plus grand pour les dragons. Comme par exemple, créer les ailes battantes.

J’aurais beaucoup aimé aller voir les dragons en arrière-scène… Je suis presqu’autant fasciné par le comment ils ont réalisés ce spectacle que par celui-ci même!

Voici quelques photos et vidéo prises par moi lors du spectacle.

En résumé

J’ai beaucoup aimé ma soirée, et les enfants aussi! Ça a valu la peine de faire quelques 6 heures de route (au totale) pour voir ce spectacle. Par contre, c’est pas donné. Le coût du billet commence à 50,00$ et va jusqu’à 70,00$ dépendant de l’heure et de la journée. Il faut aussi calculer le coût du stationnement au centre-ville (à moins d’avoir comme moi un autre moyen tel le covoiturage). À ça tu ajoutes les frais de repas. 47,00$ pour 4 hot-dogs, un nacho, un petit sac de chip, 3 jus et une boisson gazeuse.

Reste tout de même que c’est une sortie qui en vaut la peine et dont les enfants garderont de bons souvenirs… pendant longtemps! :-)

Voyage de famille en Floride

Moi et ma fille en mode vacance/plage.

Misère que le temps passe vite! Ça fait plusieurs semaines que je veux écrire sur mon blogue et finalement, je m’assis devant l’ordinateur et ouvre la fenêtre de mon blogue pour voir que mon dernier billet date du… 6 juin! Quoi?! 2 mois ont passés! J’imagine que c’est ce qui arrive quand tu es passionné avec toujours une activité qui t’entraine d’un bord ou de l’autre… Mais! La vie est belle! :-)

Ceci étant dit, et mes excuses plates non faites, ;-) nous revenons d’un voyage de famille en Floride où nous y avons passé 10 jours. Fidèle à nos habitudes, ce fût un voyage improvisé et arrangé en moins de 2 semaines. Encore au début juillet, je ne savais ce que nous ferions ni exactement quand nous partirions en vacance, et pouf! le 23 juillet, nous étions tous dans l’avion!

Autant que dans plusieurs aspects de ma vie j’aime l’organisation (la maison, le travail, etc.) autant que dans d’autres, je semble les répudier à tous prix.

Mon mari ayant été sollicité pour aller travailler au bureau de la Floride, nous en avons profité pour créer l’opportunité d’apporter les enfants pour leur premier vol en avion et voyage à l’étranger.

Le plan étant donc que je passerais mes journées avec les enfants pendant qu’il travaillerait et les soirs, et la fin de semaine, nous pourrions faire des activités en famille.

À part réserver les vols, la chambre d’hôtel et l’auto, nous avions rien de prévue. Une aventure quoi!

Bon… nous avions quand même pris la peine de faire un peu de recherche dans les « grands » alentours pour savoir ce qu’il y avait d’intéressant à faire comme activité. D’ailleurs la liste était assez longue. En plus de la piscine de l’hôtel et la belle plage de Melbourne, il y a beaucoup à faire avec les enfants, en autant que vous ayez une auto, bien entendu.

Dans les activités les plus plaisantes: Legoland, Disney world et la pêche. Ceux-ci feront d’ailleurs peut-être partie d’un article de blogue séparé. ;-)

Jérémie sous l’eau à la piscine.

Il va sans dire que les enfants ont adorés. Les grandes activités mais également juste le temps passé sur le bord de la piscine ou de la mer. Nous n’avons pas de piscine à la maison et ils ont l’esprit d’un poisson! Ils adorent nager. D’ailleurs, ma plus jeune a eu un peu de mal à s’adapter au retour à la vie normale: elle demandait encore le soir d’aller se baigner à la piscine. ;-)

Rosalie à la plage.

Repas

N’étant pas une amateur de manger au restaurant 3 fois par jour, nous avions heureusement une chambre d’hôtel équipée d’un petit réfrigérateur et d’un four à micro-ondes. Assez étonnant ce qu’on peut réussie à « cuisiner » juste avec ça. Cuisiner ici est un grand mot. Disons plutôt: assemblage de repas en mode débrouillardise. Mais tout de même. Avec cette même débrouillardise, j’ai trouvée une épicerie (sans l’aide du GPS! oui-oui!). Voici quelques menus qui nous ont en parties soutenus:

– Céréales (les enfants les mangent sans lait de toute façon);
– Pain avec tartinades (confiture, nutella et autres du genre);
– Fruits déjà apprêtés (je les paie un peu plus cher mais étant donné que c’est difficile à tout arrangé dans une chambre d’hôtel, je trouve que ça en vaut la peine);
– Légumes déjà apprêtés avec trempette (plusieurs plateaux intéressants sont disponibles dans les épiceries);
– Barres de céréales (type granola et autres);
– Charcuterie (avec le pain = sandwich);
– Noix;
– Repas en canne (par exemple, les pâtes, un gagnant à la maison comme en voyage!);
– …

Vue du balcon de notre chambre (sans filtre et sans zoom).

Vols

Les enfants ont adorés leurs vols en avion. Un premier décollage, Jérémie en a crié de joie! Ils ont également très bien fait ça avec l’attente dans les aéroports. Particulièrement pour le retour où nous avons passé toute la journée dans les aéroports avec 3 vols dont le derniers a été retardé de près de 3 heures. Nous avons passé plus de 4 heures à attendre à Washington. Heureusement, nous avions prévu le coup avec plusieurs jeux, livres, et autres occupations.

Cours de cuisine parent-enfant – Pizza

Pizza-dessert fait à la maison après le cours. Pâte à pizza, crème d'amandes, fraises, bleuets et framboises.

Parmi les avantages à vivre dans une grande ville, il y a la variété d’activités. Plusieurs activités sont offertes

pour les adultes et les enfants. Mais moins nombreuses sont celles offertes pour parent-enfant.

Il y a de cela un an ou deux, j’avais suivi des cours de yoga parent-enfant avec Jérémie. J’avais adorée! Samedi dernier, c’est un cours de cuisine que j’ai suivie avec lui.

Tout d’abord, j’adore l’idée des cours spécialement pensées pour les enfants, avec un parent accompagnateur. Et je ne parle ici d’un parent dans les estrades. ;-) (Pas que j’ai un problème avec ce genre d’activité.) En plus d’être éducatif, ces activités nous donnent l’occasion de passer un bon moment, privilégié, avec notre enfant (ou petit-enfant). Environ la moitié des participants étant des groupes de grands-parents avec leur petit-fils ou petite-fille.

C’est donc avec beaucoup d’enthousiasme que moi et Jérémie, qui a maintenant 8 ans, nous nous sommes rendu à l’École culinaire pour tous pour un cours de cuisine sur la pizza! Assez gagnant comme sujet.

Jérémie avec nos créations culinaires du jour.

Nos créations culinaires sorties du four.

Nous avons appris principalement à faire de la pâte et à garnir notre pizza. Jérémie a pu lui-même mélanger, pétrir et aplanir sa pâte. Nous avons aussi appris la définition de quelques sortes de pâte et différentes sortes de pizza: pizza à croûte européenne & américaine, calzone et… pizza-dessert! C’est sans contre-dit la pizza-dessert qui a remporté le prix de popularité!

Pizza-dessert, fait à la maison après le cours, avant d'aller au four.

C’est Chef Thierry Deletrez, propriétaire, qui a lui-même donné le cours. Une personne bien sympathique et qui a tout à fait le tour de mettre les enfants à l’aise.

En revenant à la maison, j’avais qu’une envie, cuisiner encore!

Pizza faite à la maison après le cours, avec "les restants" du frigo.

Nous sommes donc revenu à la maison avec nos créations qui ont bien servies pour le repas du diner. Une calzone et une pizza moitié fromage, moitié fromage & légumes. Jérémie a été enthousiasme à essayer la pizza-dessert mais avec des légumes? Faut pas trop en demander! ;-)

Le cours parent-enfant coût 74,00$ (85,08$ avec les taxes). En plus d’avoir du plaisir, de passer un bon moment mère-fils, nous avons mangé pendant le cours et avons rapporté suffisant à la maison pour un dîner en famille. Bon rapport qualité prix.

En résumé, je vous recommande d’essayer cette activité avec vos enfants, ou petits-enfants. Nous avons adoré! Il est évidemment question de répéter! :-)

Petite anecdote. Lorsque nous sommes revenu à la maison, Jérémie nous a dit que nous pouvions maintenant nous ouvrir une pizzeria. Il manquait juste à trouver des boites à pizza. J’adore ces petits mots d’enfant. :-)

Planification de l’été avec les enfants

Une de mes photos préférées. Prise à Niagara Falls en 2011.

Il y a eu un temps où l’été signifiait pour moi l’abandon de la routine et l’adoption d’un mode de vie plus spontané. Vous avez vécu ça aussi?

Et puis, le travail commence, on a des enfants, ils vont à la garderie et puis un jour à l’école. Lorsqu’ils sont à l’école, pas d’énormes changements à l’horaire sauf pour la multitude de congés scolaires (pour ne pas dire trop!). Sauf, quand arrive l’été.

École et été ont rimés longtemps avec pas de routine, pas de planification et du bon temps. Du bon temps, oui, c’est encore ça. La routine change, mais il doit encore y avoir une. Mais la planification, il faut planifier plus que jamais!

Au total, 10 semaines de vacances où nous devons occuper nos petits mousses d’âge scolaire. Prenez un instant pour apprécier cette réalité. 10 semaines.

En plus, si vous avez, comme moi, un autre enfant d’âge pré-scolaire, il faut considérer les congés de la garderie à moins que ayez la chance d’avoir une place en « installation » (une garderie grand format ayant plusieurs employés à leur service, donc de plus longues heures d’ouverture et pas de fermeture).

Sans planification, ces 10 semaines peuvent devenir un cauchemar. Heureusement, il y a nos vacances, les camps de jour et… les grands-parents à la rescousse!

Avec la demande grandissante, une diversité de camps de jour est apparue pour aider les parents à passer sainement au travers de l’été. Mais faut se l’avouer, nous aimons gâter nos enfants et leur offrir des expériences nouvelles et enrichissantes.

Nos vacances
La première option, et la plus intéressante, est celle de pouvoir prendre congé du travail pour passer du temps avec nos enfants. Idéalement avec les deux parents. Quoi de mieux que du soleil et de la chaleur pour créer de beaux moments en famille? En plus, il y a tellement d’activités possibles.

Par contre, ça nous limite à 2-3 semaines, à moins d’être assez chanceux pour en avoir d’avantage. Il y aussi l’option de séparer les vacances des parents. Donc, 2-3 semaines avec maman et 2-3 semaines avec papa.

Tour guidé en hippopotame allant dans l'eau. Toronto, été 2011.

Rosalie avec un sourire pour montrer qu'elle a pas juste pleurée pendant le tour.

Les camps de jour
C’est-à-dire, un service de garde qui offre d’occuper d’une façon diverse, vos enfants durant la journée. Habituellement entre 7h et 18h.

L’offre pour les camps de jour est très variée. Sports, langues, musique, acrobaties, arts, etc. Les enfants peuvent autant apprendre à faire le clown qu’à parler anglais ou à jouer du violon. Tout ça pendant que nous travaillons. Évidemment, le coût de ces camps est plus élevés et heureusement, il y a également des camps de jours, disons, plus standards qui occupent et amusent nos enfants à moindre coût.

Les grands-parents
Nous avons la chance d’avoir des grands-parents, ceux de mon mari, qui se font un plaisir de prendre les enfants pendant un certain temps pour les vacances d’été. Les deux parties sont très heureux de passer du temps ensemble. Quoi demander de mieux! Ils se gâtent mutuellement et ça permet aux parents, nous, de se concentrer sur le travail et, pourquoi, prendre un peu de bon temps en couple. Ça devient un privilège de travailler toute la journée et en soirée de pouvoir faire une sortie de couple sans avoir à trouver une gardienne. :-)

Quant à nous, nous avons opté pour un heureux mélange des trois. 3 semaines (à date) en camps de jour. Jérémie est hyper excité d’aller apprendre le violon pendant 2 semaines!

Nous prendrons environ 2 semaines de vacance en famille. Au fils des années, c’est devenu une tradition pour nous de s’isoler en famille pendant un minimum de 4-5 jours. Quand je dis isoler, je ne veux pas dire seuls entre nous non plus. Mais plutôt loin des distractions du quotidien.

J’aime beaucoup louer un chalet pendant, par exemple, une semaine, surtout s’il n’y a pas de télévision, jeux vidéos, Internet et autres du genre. C’est fou le bien que ça fait! De n’avoir que nos personnes pour se distraire. Se parler et jouer ensemble.

Et les beaux-parents (grands-parents) se sont offerts de les garder pendant un certain temps (à déterminer). Franchement, les enfants ont tellement hâte d’y aller et ils aiment tellement ça, que nous aurons probablement pas le choix de dire oui pour au moins 1 à 2 semaines. ;-)

Et vous, que ferez-vous cette été avec les 10 semaines de congé scolaire?